Paris, France
info@syncope.be

Rasin' Mapou : le ciel d'Azor

le site de la culture tambour

Rasin' Mapou : le ciel d'Azor

Racin Mapou de Azor (RIP) - Paris - 2004 crédit : Daniel Maunoury

SYNCOPE N ° 5 OCTOBRE 2004

Rasin Mapou est un groupe rasin’ de premier plan en Haïti. Azor en est le leader, soliste et chanteur. Syncope l’a rencontré en juin dernier lors de “ Ayiti Chérie ”, le festival initié par Pascale Jaunay.
(ndlr : Azor est disparu en 2011)

Vos débuts ?

C’était chez moi dans la cour de la maison à Port-au-Prince, quartier de Delmas. Mes parents ont toujours été dans la musique rasin et c’est tout naturellement que j’ai appris à jouer du tanbou. Mon père a fait de moi un twoubadou et j’ai continué. Après, j’ai intégré des groupes Konpa comme Scorpio, Bossa Combo et Caribbean Sextet comme tambourineur. Après, j’ai fondé Rasin Mapou.

Votre style ?

Rasin Mapou joue du Vodou Petro. On honore Simbi (esprit des sources et des mares, symboles de l’eau). La musique rasin, c’est ma vie mais je peux aussi jouer du Konpa sur une bassine !

GALERIE PHOTO CONCERT CABARET SAUVAGE 2004


Comment se passe le travail avec les danseuses-choristes de Mapou ?

Elles s’occupent de la chorégraphie pour laquelle on fait appel à des professeurs appartenant au Théâtre National ou à des troupes professionnelles. A chaque carnaval, je finance une chorégraphie.

Dans le jeu, y-a-t-il des différences entre la scène et les cérémonies ?

Pour nous il n’y en a pas ! Nous sommes toujours serviteurs de Simbi. On vient avec la même force, la même concentration.

Azor : racines élevantes
Azor lors de son concert au Cbaret Sauvage, Paris en 2004. Photo : Daniel Maunoury

De quoi parlent vos textes ?

De l’unité entre les Haïtiens, de la paix, de l’amour, mais pas de politique ! On reprend aussi des chants de cérémonies traditionnelles. Cette année pour le carnaval, on a chanté « On veut la paix » car c’était vraiment grave ! D’ailleurs celui de l’année 2004 n’était pas bon, il y avait trop de pression.

Mapou voyage beaucoup ?

On a tourné au Chili, au Japon, en Europe, au Bénin, au Canada, aux USA, en Colombie. La musique de Mapou est si forte qu’on est bien reçus partout même si les gens ne parlent pas créole ou ne sont pas vodouisants.

Un message pour nos lecteurs ?

Tanbou, c’est l’Homme. C’est un instrument qui apporte la vie. Dès que j’entends un tanbou, que ce soit au Japon, en Afrique, en Colombie ou en France, je m’arrête et j’écoute car c’est ma vie !

Propos recueillis par Stéphane Delphin

A écouter les CD Live de « Rasin Mapou de Azor » sortis chez Géronimo records.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *