Paris, France
info@syncope.be

L'expérience jamaïcaine de Jocelyne Béroard (inédit et exclu Syncope)

le site de la culture tambour

L'expérience jamaïcaine de Jocelyne Béroard (inédit et exclu Syncope)

Jocelyne Béroard l'expérience Jamaïcaine (Exclu)

La star de Kassav, Jocelyne Beroard, a passé six mois à la Jamaïque en 1980 comme choriste d’un maître du reggae / Lee « Scratch » Perry. Durant son séjour, elle a participé à une cérémonie débutée aux sons des tambours Rasta Nyabinghy ; cérémonie qui s’est ensuite transformée en service mystique proche de ce que l’on rencontre dans d’autres traditions reconnaissant clairement la communication avec les  » Esprits « . Évocation d’une expérience qu’elle n’a pas oubliée.

Jocelyne Béroard    l'expérience Jamaïcaine (Exclu)
Jocelyne Béroard l’expérience Jamaïcaine (Exclu)

N’avez-vous pas été surprise par le peu de percussions à la Jamaïque ?

Jocelyne Beroard : C‘est vrai. Mais il y en a quand même… Ils ont aussi leurs rythmes, qui leur sont propres… J’ai eu l’occasion d’en découvrir en passant une soirée mémorable avec les Third World en Jamaïque… Un lundi soir, de pleine lune… Invités par une prêtresse (a wise woman dixit les copains) dans sa maison au milieu de la campagne jamaïcaine. Elle disait avoir trop d’énergie et devait la redistribuer aux gens présents. Pendant quelques minutes, j’ai un peu flippé et me suis demandée ce que j’y faisais. Finalement, pensant plus positivement, j’ai conclu que s’il y avait de l’énergie positive à prendre, tant qu’à faire, pourquoi pas ? Elle s’est mise à danser sur les tambours (joués par Third World) et à envoyer son énergie. J’étais dans un coin de la maison, entourée de gens qui priaient, un peu en transe. A la fin, elle nous a remis des dessins avec une écriture, qui était, disait-elle, le langage premier oublié des humains. Quand elle a appris que je n’étais pas de la Jamaïque, elle m’a remis un dessin différent de celui des autres. C’était assez troublant comme soirée…. Je ne sais toujours pas lire ce qu’il y a d’écrit sur mon papier, mais je l’ai gardé…

Quelles sont les grandes différences entre la Jamaïque et la Martinique ?

Jocelyne Beroard : La taille, et la mentalité aussi. La Jamaïque est beaucoup plus grande, plus riche que la Martinique… Ils ont de la bauxite, ne l’oublions pas. Quand j’y suis allée, je voulais voir à quoi ressemblait une île plus grande que la mienne. Que ce soit les cascades, les plages, tout était plus grand ! Et puis l’histoire des colonisations… Je crois que les colonisations anglaises et françaises n’ont rien à voir… Aujourd’hui encore, on le remarque… La Martinique est un département tandis que la Jamaïque est indépendante et cela change tout. Là-bas, la façon qu’ont les gens de se comporter est totalement différente. La mentalité c’est « démmerde-toi !« . Les gens peuvent décider et choisir. Chez nous, il faut passer ailleurs et on attend ou espère une aide. Le fait qu’ils parlent l’anglais leur donne aussi une ouverture sur le monde plus facile pour la musique. Mais la base, l’histoire d’origine est la même. Les manières des gens aussi, je me souviens qu’un jour en voiture, vitres relevées, car on était dans un quartier ‘‘chaud’‘, j’observais deux femmes qui discutaient au-dehors, je n’entendais pas avec précision ce qu’elles disaient mais elles avaient exactement les mêmes intonations, les mêmes mimiques que d’autres femmes pourraient avoir à la Martinique. »

Interview et photos par Stéphane Delphin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *